A La Une

10 Avril 2020

Guerre commerciale USA-Chine : la croissance économique mondiale revue à la baisse (FMI)

CSTI DIGITAL HORIZONTAL AD
Christine Lagarde, Directrice Général du FMI.

Christine Lagarde, Directrice Général du FMI.

24 Juillet 2019 | Dernière mise à jour | Economie

Dans son rapport de juillet 2019 que les Perspectives de l’économie mondiale, le Fond monétaire international (FMI) a révisé à la baisse sa projection de croissance mondiale à 3,2 % en 2019 et 3,5 % en 2020. Les effets persistants des tensions commerciales entre Pékin et Washington est l’une des principales raisons de cette révision.

En Afrique subsaharienne, la croissance devrait s’établir à 3,4 % en 2019 et à 3,6 % en 2020, soit 0,1 point de pourcentage de moins que prévu dans les PEM d’avril pour les deux années : la croissance vigoureuse dans les pays pauvres en ressources naturelles compensera partiellement les résultats médiocres des plus grandes économies de la région.

Des prix du pétrole plus élevés, quoique volatils, ont étayé les perspectives de l’Angola, du Nigéria et d’autres pays exportateurs de pétrole de la région. Mais, en 2019, la croissance en Afrique du Sud devrait être plus modérée que prévu dans les PEM d’avril après un premier trimestre très faible, en raison d’un impact plus marqué que prévu des grèves et des problèmes d’approvisionnement en énergie dans l’industrie minière, ainsi que d’une production agricole médiocre.

L’accélération de la croissance mondiale qui est attendue en 2020 repose dans une large mesure sur plusieurs facteurs : 1) l’état d’esprit sur les marchés financiers reste positif ; 2) les freins temporaires continuent de disparaître, notamment dans la zone euro ; 3) certains pays émergents en difficulté, comme l’Argentine et la Turquie, se stabilisent ; 4) un effondrement encore plus violent est évité dans d’autres pays, comme l’Iran et le Venezuela

A LIRE AUSSI :
Un important don de matériels militaires de l'Union Européenne au Niger

La stabilisation ou le redressement qui est attendu dans les pays en difficulté représente environ 70 % de la hausse de la prévision de croissance mondiale pour 2020 par rapport à 2019. À leur tour, ces facteurs reposent sur un contexte mondial propice qui fait en sorte que le ton plus conciliant des banques centrales et les mesures de stimulation en Chine ne sont pas atténués par une escalade des tensions commerciales ou un Brexit désordonné.

Articles liés

Suivez-Nous

Les plus lus