A La Une

08 Avril 2020

Niger : polémique autours d'un marché public de plus de 1 milliard passé par entente directe

CSTI DIGITAL HORIZONTAL AD
Issoufou Mahamadou, Président du Niger

Issoufou Mahamadou, Président du Niger

22 Juillet 2019 | Dernière mise à jour | Société

Au Niger, un marché public de plus de 1 milliard de francs cfa pour l’acquisition de médicaments passé par entente directe fait polémique sur les réseaux.

Le 19 juillet 2019, le Conseil des ministres a approuvé une communication du ministre de la Santé publique relative à l’attribution d’un marché passé par entente directe pour l’acquisition de médicaments dans le cadre de la mise en œuvre du Projet paludisme et maladies tropicales négligées. Ce marché de plus de 1 milliard de francs cfa attribué provisoirement à la Centrale d’achat des médicaments essentiels, génériques et des consommables médicaux a recueilli des commentaires hostiles de certains nigériens sur les réseaux sociaux.

« Ainsi va le Niger. On attribue un marché public de milliard à ses amis par « entente directe » et sans une autre forme de procédure de marché public. Chers jeunes entrepreneurs nigériens, oublier tous ce qu’on vous apprend dans les Universités et Centres de formation professionnelle. Si vous rêvez gagner des milliards dans l’entrepreneuriat, faites-vous des amis au sein du gouvernement. C’est malheureusement le chemin le plus sure« , a commenté un internaute nigérien dans un groupe WhatsApp suite à une publication du compte rendu du Conseil des ministres.

La réplique ne s’est pas faite attendre. « Arrêtez s’il vous plait cette campagne gratuite de dénigrement des autorités de notre pays. Vous ignorez certainement que le décret portant Code des marchés publics en République du Niger a fixé les seuils de montant dans le cadre de la passation des marchés publics et des délégations de service public. Pour votre information, les marchés relatifs aux médicaments font l’exception des appels d’offre« , a commenté un autre internaute comme pour justifier la décision gouvernementale.

A LIRE AUSSI :
FENIFOOT - CAF : Djibrilla Hima Hamidou désigné président des Unions zonales

« De quel décret parlez-vous ? Le décret présidentiel qui a connu plus de 5 modifications en moins de 5 ans ? Le décret qu’on modifie chaque fois pour qu’on veut favoriser des amis et des partenaires d’affaires aux détriments de la libre concurrence et des intérêts de toute la Nation ? » s’est interrogé, en réponse, un autre internaute avant de préciser que l’exception des appels d’offre soulevée ne concerne que les médicaments essentiels utilisés dans la médecine d’urgence ou en cas d’épidémie.

Rappelons que début juin 2019, une polémique s’est éclatée sur les réseaux sociaux sur les conditions de passation de marché public en République du Niger suite à effondrement d’une partie du mur de l’aéroport régional de Zinder et celle du stade régional de Maradi. Dans une Tribune publiée le 09 juin 2019, l’activiste Illa Kané a indiqué les manœuvres de corruption en matière d’attribution des marchés au Niger commencent, le plus souvent, au moment de l’attribution des marchés où les compétences techniques sont, le plus souvent, reléguées au second plan, au profit du favoritisme basé, tantôt sur l’appartenance politique, tantôt sur le montant des commissions proposé aux responsable des entités porteuses des marchés à attribuer et aux membres des comités de sélection des dossiers.

Articles liés

Suivez-Nous

Les plus lus